Photo de Vicki-May  Hamm

Vicki-May Hamm

Mairesse, Ville de Magog
Vice-Présidente, C.A. du Technopôle Magog

Élue le 1er novembre 2009, Vicki-May Hamm est la première femme à accéder à la mairie de la Ville de Magog. Mère de quatre enfants, elle a aussi dans son bagage politique un mandat de quatre ans en tant que conseillère municipale, qu’elle a mené parallèlement à sa carrière professionnelle en communications et développement économique.
Elle s’implique depuis toujours dans sa communauté dans de nombreux dossiers qui lui tiennent à cœur, qu’ils soient de nature économique, sportive, sociale, culturelle, environnementale ou communautaire. Dans le cadre de ses fonctions professionnelles, elle a contribué au développement de plusieurs entreprises et organismes du milieu. Elle est également très active dans la promotion de la place des femmes dans les lieux de pouvoir. Mme Hamm est également impliquée dans le domaine des technologies de l’information et des communications et souhaite participer à leur croissance sur le territoire de Magog. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle est membre fondatrice de Magog Technopole, qu’elle a siégé au comité directeur d’ÉcoloTIC et qu’elle préside le Comité sur les villes intelligentes de l’UMQ. Activement impliquée à l’UMQ, elle siège sur son conseil d’administration et son comité exécutif, sur deux commissions permanentes, soit celle sur les relations internationales et celle sur le développement économique, en plus d’être porte-parole pour la Coalition transfrontalière pour la sécurité ferroviaire. Elle est également membre de la Commission des assises annuelles et vice-présidente du Caucus des cités régionales, lequel l’a mandaté sur la Commission des villes innovantes de l’Association internationale des Maires francophones (AIMF).
Aussi présente à la FCM, elle siège sur trois comités permanents, soit celui pour accroître la participation des femmes dans les gouvernements municipaux, celui de développement socioéconomique et finalement des relations internationales.
Son intérêt pour la politique est né de son désir de « faire une différence » et surtout de « participer directement aux décisions » qui feront de Magog une ville où il fait bon vivre et travailler pour tous les citoyennes et citoyens.