Photo de Marie  Fall

Marie Fall

Professeure en géographie et coopération internationale, UQAC

Citoyenne canadienne, sénégalaise d’origine, musulmane de culture, humaniste de pratique, Marie Fall a une maîtrise, un diplôme d’études approfondies (DEA) et un Ph. D., en géographie. Elle est arrivée au Québec en mai 2002 pour faire un doctorat en géographie à l’Université de Montréal. En décembre 2006, elle a soutenu sa thèse de doctorat qui portait sur la dynamique des acteurs en contexte d’aire protégée : le cas de la réserve de biosphère du delta du Saloum au Sénégal. En janvier 2007, avec son grade de Ph. D., elle a mené un stage postdoctoral au Centre de recherches pour de développement international à Ottawa. Elle a alors travaillé au Bureau régional pour l’Afrique du centre et de l’Ouest basé à Dakar dans l’administration et la mise en œuvre du Programme « Pauvreté rurale et environnement ». Ce programme appuyait la recherche sur les pauvres qui utilisent les ressources en milieu rural à : prendre des décisions, planifier des mesures et participer à la création et à la mise en œuvre de programmes et de politiques en matière de gestion de l’environnement et des ressources naturelles ; protéger leur accès à l’eau, aux terres, aux zones de pêche, aux forêts, aux plantes et à d’autres ressources, ainsi que leurs droits à l’égard de ces ressources ; s’ouvrir et s’intégrer à des systèmes sociaux et économiques élargis, et nouer des liens sociaux et économiques et des solidarités entre les régions rurales et urbaines, et en tirer parti ; s’adapter aux changements climatiques, à la dégradation de l’environnement et à la rareté de l’eau ; et, avec le soutien des chercheurs, des organismes œuvrant en environnement et gestion des ressources naturelles et des gouvernements, employer des démarches adaptatives d’apprentissage afin d’accroître la qualité et la productivité des écosystèmes locaux. Cette expérience lui a permis de développer une expertise en développement international avec un intérêt marqué pour la coopération internationale, la solidarité internationale et l’aide au développement. Elle conçoit et réalise des projets de recherche-action sur la gouvernance, la démocratie et le développement des communautés rurales marginalisées et souvent exclues des programmes nationaux. Elle s’intéresse à l’élaboration de plans de développement locaux adaptés aux contextes socioculturels, environnementaux et économiques des régions rurales. Elle intègre la promotion des modèles endogènes de développement dans ses interventions.
Depuis août 2007, Marie Fall est professeure-chercheure à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) où elle enseigne dans les programmes de Géographie et aménagement durable, Coopération internationale, Études et interventions régionales, Développement régional. Elle est habilitée à diriger des mémoires et des thèses aux cycles supérieures. Les étudiants sous sa direction travaillent sur des problématiques en lien avec ses champs de recherches qui portent sur : les enjeux et défis du développement international, la gouvernance participative des territoires et des ressources ; la valorisation des savoirs traditionnels ; le changement climatique, la vulnérabilité, l’adaptation et la résilience des communautés côtières au Sénégal ; et, récemment, le vivre-ensemble en région. Dans le cadre de ses activités de supervision, elle est responsable du stage en coopération internationale qui se déroule au Sénégal à chaque été et qui permet aux étudiant-e-s de l’UQAC de collaborer à diverses initiatives villageoises du delta du Saloum.
Marie Fall a capitalisé une riche expérience à titre de personne-ressource pour les communautés du delta du Saloum avec qui elle travaille depuis 2000 quand elle menait sa maitrise. Pour contribuer à leur développement, elle mène des actions de plaidoyer pour une plus grande justice sociale et une décentralisation des pouvoirs vers les femmes et les jeunes. Dans le cadre de ses interventions, elle propose des ateliers de capacitation pour mieux outiller les populations locales, en particulier les groupements de femmes et de jeunes, dans la gouvernance de leur patrimoine collectif.
Depuis 2012, elle est responsable du laboratoire d’études et de recherches appliquées sur l’Afrique (LÉRAA) qui est un espace d’échanges et de collaborations entre chercheurs et intervenants sur les problématiques actuelles du développement en Afrique. Le LÉRAA réalise des activités de recherche et d’intervention dans approche multidimensionnelle et multidisciplinaire tout en alimentant les contenus des enseignements dans les programmes. Les résultats des projets sont publiés sous forme d’articles, de rapports et répertoires disponibles sur le site web du laboratoire.
Le service aux collectivités fait aussi partie de la tâche normale de professeure. À cet effet, Marie Fall s’investit beaucoup dans les services aux collectivités en lien avec ses compétences professionnelles et ses intérêts sociaux. Sa contribution se lit à travers une implication dans des organisations solidaires, humanitaires, humanistes et inclusives ; son engagement dans différentes institutions régionales et nationales en lien avec l’éducation, la culture, le vivre-ensemble, la solidarité et la coopération ; et, ses implications à l’international.